ARCHIVES

Profil et issue des femmes présentant une grossesse extra-utérine au Centre Hospitalier Universitaire de Fianarantsoa

La Revue Médicale de Madagascar 2016;6(2)/PP 745-749

PDF

  • Auteur(s) : N.Z.R. Andriamifidison (1)*, J.F. Rafamatanantsoa (1), F.M. Randriatsarafara (1), H. Rakotomahenina (2), J.D. Tovoniaina (3), J.A. Randriambelomanana (4), V.D. Randrianarimanana (1), J.D.M. Rakotomanga (1)
  • Auteur correspondant : N.Z.R. Andriamifidison (rodolpheniaina@gmail.com)
  • Mots-clés : grossesse extra utérine, cliniques, thérapeutique, Fianarantsoa, Madagascar
  • Résumé : Introduction. La grossesse extra utérine constitue une cause fréquente de morbidité et parfois de mortalité chez les femmes en âge de procréer. Cette étude vise à déterminer les itinéraires des femmes et à évaluer leur issue. Patientes et méthodes. Il s’agit d’une étude rétrospective, descriptive et transversale de toutes les patientes diagnostiquées et traitées pour grossesse extra utérine vues au Centre Hospitalier Universitaire de Fianarantsoa du 01er janvier 2013 au 30 juin 2014. Résultats. Dans notre série, 43 patientes ont présenté une grossesse extra utérine. La proportion a été de 1,67 %. L’âge moyen des femmes avoisine les 30,3±5,6ans. La plupart des patientes ont été paucigestes (58,14 %), paucipares (44,18 %), ayant un niveau d’étude primaire (48,88 %), habitant dans la zone rurale (53,48%). Elles ont déjà contracté une infection sexuellement transmissible (58 ,14%), et ont déjà pratiqué des avortements (27,91 %). L’association : aménorrhée, douleur abdomino-pelvienne et métrorragie était retrouvée chez 71,2 % des patientes. Le diagnostic a été posé par l’échographie pelvienne et le test de grossesse. La localisation ampullaire d’une grossesse extra utérine a été la plus fréquente (75 %). Elle a été rompue dans 60,9 % des cas et la majorité de ces cas ont été des cas référées. La salpingectomie a été le type d’intervention chirurgicale le plus pratiqué dans 85,4 %. Aucun décès n’a été enregistré. Conclusion. L’amélioration de la prise en charge de la grossesse extra-utérine nécessite un diagnostic précoce.La référence ou l’évacuation sanitaire à temps préviennent leurs ruptures.
  • Abstract : Introduction. Ectopic pregnancy represents the main cause of morbidity and mortality in women of childbearing age. This study aims to determine the epidemiological and clinicalaspect of ectopic pregnancy and to evaluate its management and treatment. Patients and methods. A cross sectional study about women presenting ectopic pregnancy was conducted at the Academic Hospital of Fianarantsoa from January, 1st to June 30th, 2014. Results. We investigated 43 (1.67%) patients with ectopic pregnancy. The mean age ±SD was 30.3±5.6 years. The proportion of women at their first or second gravidity was 58.14%. Among those women, 44.18 %were uni or biparous. The levels of instruction of the women was low, 48.88% of them were at primary level. More than a half (53.48%) of the patients lives in an urban area. The proportion of women getting sexually transmitted infections and carrying out abortion is respectively estimated to 58.14% and 27,91 %. The main clinical symptoms is represented by the association of amenorrhea, abdominal and pelvic pain, metrorrhagia (71.2%). The diagnosis was established by pelvic ultrasonography and Beta HCG assay. Ampullar pregnancy represented the most frequent clinical forms and it was unruptured in 60.9% of the case. Salpingectomy represented the most practiced surgical intervention (85.4 %). No death were recorded. Conclusion. The improvement of ectopic management requires an early diagnosis. Surgical intervention represents the one treatment of its complication.